Skip to main content

Des profs qui débutent en banlieue parisienne

France Soir vient de publier ces propos de professeurs qui débutent leur carrière en banlieue parisienne. Cela ferait un bon exercice de lecture pour des élèves de A-level!

Deux mois après la rentrée, sept professeurs débutants évoquent leurs premiers pas en Seine-Saint-Denis.
« J’ai été insultée par des élèves »
Alice (*), 23 ans, professeur dans un collège de Drancy
« Je suis originaire du sud de la France et n’ai qu’une idée en tête : repartir le plus vite possible dans ma région d’origine. Devenir professeur en Seine-Saint-Denis était ma hantise, mais comme c’est ma première année d’enseignement, je n’ai pas eu le choix. A priori, j’en ai au moins pour cinq ans ici : je me demande comment je vais pouvoir tenir aussi longtemps. J’ai déjà été insultée par des élèves pendant mes cours. Je ne peux pas enseigner normalement : les élèves crient sans arrêt, s’insultent, en viennent aux mains pour un oui pour un non. Ce climat de violence est vraiment pesant. »
« Les parents nous soutiennent »
Julien (*), 26 ans, professeur dans un collège de La Courneuve
« L’an dernier, j’étais enseignant stagiaire dans une ville réputée tranquille et, paradoxalement, j’avais plus de problèmes avec les jeunes et leurs parents qu’ici. Les élèves ne suivaient pas en cours car ils avaient des cours particuliers le soir en rentrant à la maison. Comme j’étais tout jeune professeur, encore en formation, les parents me regardaient de haut et considéraient que je n’avais rien à apprendre à leurs enfants. Ici, les élèves nous écoutent car ils savent que l’école est leur seule chance. Les parents nous soutiennent, ils sont conscients que notre métier n’est pas facile tous les jours. »
« Ici, je me sens utile »
Julia (*), 24 ans, professeur dans un collège de La Courneuve
« La Seine-Saint-Denis, c’était mon premier choix. Je ne me verrais pas enseigner ailleurs ! Je travaille dans un collège souvent qualifié de “poubelle”, car il accueille beaucoup de jeunes de cités, mais je m’y sens bien. Ce n’est pas facile tous les jours c’est vrai, mais au moins ici, je me sens utile, j’ai le sentiment de servir à quelque chose. Mon travail, ce n’est pas seulement débiter mon cours, c’est avant tout les relations humaines avec les élèves. Voir un jeune vous dire merci à la fin d’un cours, retirer sa casquette et vous dire bonjour quand il vous croise dans la rue, c’est vraiment touchant. »
« Ça dégoûte du métier »
Claire (*), 24 ans, professeur dans un collège de Drancy
« Mes élèves ont un niveau très bas : ils n’ont pas acquis les bases à l’école primaire. On les fait passer d’une année sur l’autre alors qu’ils n’ont pas le niveau. Je ne peux pas leur donner de devoirs à la maison car ils ne les font jamais. J’entends souvent dire que c’est formateur d’être prof en banlieue, mais je pense plutôt que ça a de quoi dégoûter du métier. Je suis jeune, j’y crois encore mais beaucoup de mes collègues plus âgés ont baissé les bras depuis longtemps. Travailler dans ces conditions et donner autant de sa personne pour 1.500 € par mois, ça ne fait pas rêver. »
« Les élèves sont bien encadrés »
Cécile, 24 ans, professeur dans un collège de La Courneuve
« Je travaille dans un collège difficile, mais cela se passe plutôt bien avec les élèves. Il faut dire qu’il y a un vrai travail des professeurs et des conseillers principaux d’éducation (CPE) pour encadrer les élèves. Les jeunes sont respectueux : ils n’insultent pas leurs profs, ne lancent pas de papiers dans notre dos pendant qu’on est au tableau… Le problème, c’est plutôt le niveau qui est assez bas. Au dernier contrôle, la moyenne était de 8,5/20. Bien sûr, il y a des exceptions : j’ai quelques élèves excellents. Cependant, je ne peux malheureusement pas les tirer vers le haut comme je le ferai dans un autre établissement car le niveau global est faible. »

« Des jeunes difficiles, il y en a partout »

Jonathan (*), 34 ans, professeur dans un lycée à Pantin
« Il ne faut pas donner une image caricaturale de la Seine-Saint-Denis. C’est comme partout, il y a des élèves difficiles et de bons éléments. J’ai deux classes : avec l’une, ça se passe très bien, avec l’autre, j’ai de gros problèmes de niveau et de comportement. Dans cette classe, il y a deux ou trois élèves qui ne sont pas intéressés par la matière. Ils viennent en cours seulement pour bavarder et passer le temps. A eux seuls, ils arrivent à perturber toute la classe. Parfois, le ton monte, on est à la limite des insultes. Pour l’instant, j’ai toujours réussi à faire redescendre la pression à temps. »

Comments

Popular posts from this blog

The latest research on teaching vocabulary

I've been dipping into The Routledge Handbook of Instructed Second Language Acquisition (2017) edited by Loewen and Sato. This blog is a succinct summary of Chapter 16 by Beatriz González-Fernández and Norbert Schmitt on the topic of teaching vocabulary. I hope you find it useful.

1.  Background

The authors begin by outlining the clear importance of vocabulary knowledge in language acquisition, stating that it's a key predictor of overall language proficiency (e.g. Alderson, 2007). Students often say that their lack of vocabulary is the main reason for their difficulty understanding and using the language (e.g. Nation, 2012). Historically vocabulary has been neglected when compared to grammar, notably in the grammar-translation and audio-lingual traditions as well as  communicative language teaching.

(My note: this is also true, to an extent, of the oral-situational approach which I was trained in where most vocabulary is learned incidentally as part of question-answer sequence…

Delayed dictation

What is “delayed dictation”?

Instead of getting students to transcribe immediately what you say, or what a partner says, you can enforce a 10 second delay so that students have to keep running over in their heads what they have heard. Some teachers have even used the delay time to try to distract students with music.

It’s an added challenge for students but has significant value, I think. It reminds me of a phenomenon in music called audiation. I use it frequently as a singer and I bet you do too.

Audiation is thought to be the foundation of musicianship. It takes place when we hear and comprehend music for which the sound is no longer or may never have been present. You can audiate when listening to music, performing from notation, playing “by ear,” improvising, composing, or notating music. When we have a song going round in our mind we are audiating. When we are deliberately learning a song we are audiating.

In our language teaching case, though, the earworm is a word, chunk of l…

Designing a plan to improve listening skills

Read many books and articles about listening and you’ll see it described as the forgotten skill. It certainly seems to be the one which causes anxiety for both teachers and students. The reasons are clear: you only get a very few chances to hear the material, exercises feel like tests and listening is, well, hard. Just think of the complex processes involved: segmenting the sound stream, knowing lots of words and phrases, using grammatical knowledge to make meaning, coping with a new sound system and more. Add to this the fact that in England they have recently decided to make listening tests harder (too hard) and many teachers are wondering what else they can do to help their classes.

For students to become good listeners takes lots of time and practice, so there are no quick fixes. However, I’m going to suggest, very concisely, what principles could be the basis of an overall plan of action. These could be the basis of a useful departmental discussion or day-to-day chats about meth…

Five great advanced level French listening sites

If your A-level students would like opportunities to practise listening there are plenty of sources you can recommend for accessible, largely comprehensible and interesting material. Here are some I have come across while searching for resources over recent years.

Daily Geek Show

I love this site. It's fresh, youthful and full of really interesting material. They have an archive of videos, both short and long, from various sources, grouped under a range of themes: insolite (weird news items), science, discovery, technology, ecology and lifestyle. There should be something there to interest all your students while adding to their broader education. Here is one I enjoyed (I shall seriously think about buying tomatoes in winter now):




France Bienvenue

This site has been around for years and is the work of a university team in Marseilles. You get a mixture of audio and video material complete with transcripts and explanations.This is much more about the personal lives of the students …

Responsive teaching

Dylan Wiliam, the academic most associated with Assessment for Learning (AfL), aka formative assessment, has stated that these labels have not been the most helpful to teachers. He believes that they have been partly responsible for poor implementation of AfL and the fact that AfL has not led to the improved outcomes originally intended.

Wiliam wrote on Twitter in 2013:

“Example of really big mistake: calling formative assessment formative assessment rather than something like "responsive teaching".”

For the record he subsequently added:

“The point I was making—years ago now—is that it would have been much easier if we had called formative assessment "responsive teaching". However, I now realize that this wouldn't have helped since it would have given many people the idea that it was all about the teacher's role.”

I suspect he’s right about the appellation and its consequences. As a teacher I found it hard to get my head around the terms AfL and formative assess…