Skip to main content

Des profs qui débutent en banlieue parisienne

France Soir vient de publier ces propos de professeurs qui débutent leur carrière en banlieue parisienne. Cela ferait un bon exercice de lecture pour des élèves de A-level!

Deux mois après la rentrée, sept professeurs débutants évoquent leurs premiers pas en Seine-Saint-Denis.
« J’ai été insultée par des élèves »
Alice (*), 23 ans, professeur dans un collège de Drancy
« Je suis originaire du sud de la France et n’ai qu’une idée en tête : repartir le plus vite possible dans ma région d’origine. Devenir professeur en Seine-Saint-Denis était ma hantise, mais comme c’est ma première année d’enseignement, je n’ai pas eu le choix. A priori, j’en ai au moins pour cinq ans ici : je me demande comment je vais pouvoir tenir aussi longtemps. J’ai déjà été insultée par des élèves pendant mes cours. Je ne peux pas enseigner normalement : les élèves crient sans arrêt, s’insultent, en viennent aux mains pour un oui pour un non. Ce climat de violence est vraiment pesant. »
« Les parents nous soutiennent »
Julien (*), 26 ans, professeur dans un collège de La Courneuve
« L’an dernier, j’étais enseignant stagiaire dans une ville réputée tranquille et, paradoxalement, j’avais plus de problèmes avec les jeunes et leurs parents qu’ici. Les élèves ne suivaient pas en cours car ils avaient des cours particuliers le soir en rentrant à la maison. Comme j’étais tout jeune professeur, encore en formation, les parents me regardaient de haut et considéraient que je n’avais rien à apprendre à leurs enfants. Ici, les élèves nous écoutent car ils savent que l’école est leur seule chance. Les parents nous soutiennent, ils sont conscients que notre métier n’est pas facile tous les jours. »
« Ici, je me sens utile »
Julia (*), 24 ans, professeur dans un collège de La Courneuve
« La Seine-Saint-Denis, c’était mon premier choix. Je ne me verrais pas enseigner ailleurs ! Je travaille dans un collège souvent qualifié de “poubelle”, car il accueille beaucoup de jeunes de cités, mais je m’y sens bien. Ce n’est pas facile tous les jours c’est vrai, mais au moins ici, je me sens utile, j’ai le sentiment de servir à quelque chose. Mon travail, ce n’est pas seulement débiter mon cours, c’est avant tout les relations humaines avec les élèves. Voir un jeune vous dire merci à la fin d’un cours, retirer sa casquette et vous dire bonjour quand il vous croise dans la rue, c’est vraiment touchant. »
« Ça dégoûte du métier »
Claire (*), 24 ans, professeur dans un collège de Drancy
« Mes élèves ont un niveau très bas : ils n’ont pas acquis les bases à l’école primaire. On les fait passer d’une année sur l’autre alors qu’ils n’ont pas le niveau. Je ne peux pas leur donner de devoirs à la maison car ils ne les font jamais. J’entends souvent dire que c’est formateur d’être prof en banlieue, mais je pense plutôt que ça a de quoi dégoûter du métier. Je suis jeune, j’y crois encore mais beaucoup de mes collègues plus âgés ont baissé les bras depuis longtemps. Travailler dans ces conditions et donner autant de sa personne pour 1.500 € par mois, ça ne fait pas rêver. »
« Les élèves sont bien encadrés »
Cécile, 24 ans, professeur dans un collège de La Courneuve
« Je travaille dans un collège difficile, mais cela se passe plutôt bien avec les élèves. Il faut dire qu’il y a un vrai travail des professeurs et des conseillers principaux d’éducation (CPE) pour encadrer les élèves. Les jeunes sont respectueux : ils n’insultent pas leurs profs, ne lancent pas de papiers dans notre dos pendant qu’on est au tableau… Le problème, c’est plutôt le niveau qui est assez bas. Au dernier contrôle, la moyenne était de 8,5/20. Bien sûr, il y a des exceptions : j’ai quelques élèves excellents. Cependant, je ne peux malheureusement pas les tirer vers le haut comme je le ferai dans un autre établissement car le niveau global est faible. »

« Des jeunes difficiles, il y en a partout »

Jonathan (*), 34 ans, professeur dans un lycée à Pantin
« Il ne faut pas donner une image caricaturale de la Seine-Saint-Denis. C’est comme partout, il y a des élèves difficiles et de bons éléments. J’ai deux classes : avec l’une, ça se passe très bien, avec l’autre, j’ai de gros problèmes de niveau et de comportement. Dans cette classe, il y a deux ou trois élèves qui ne sont pas intéressés par la matière. Ils viennent en cours seulement pour bavarder et passer le temps. A eux seuls, ils arrivent à perturber toute la classe. Parfois, le ton monte, on est à la limite des insultes. Pour l’instant, j’ai toujours réussi à faire redescendre la pression à temps. »

Comments

Popular posts from this blog

A zero preparation fluency game

I am grateful to Kayleigh Meyrick, a teacher in Sheffield, for this game which she described in the Languages Today magazine (January, 2018). She called it “Swap It/Add It” and it’s dead simple! I’ve added my own little twist as well as a justification for the activity.

You could use this at almost any level, even advanced level where the language could get a good deal more sophisticated.

Put students into small groups or pairs. If in groups you can have them stand in circles to add a sense of occasion. One student utters a sentence, e.g. “J’aime jouer au foot avec mes copains parce que c’est amusant.” (You could provide the starter sentence or let groups make up their own.) The next student (or partner) has to change one element in the sentence, and so on, until you restart with a different sentence. You could give a time limit of, say, 2 minutes. The sentence could easily relate to the topic you are working on. At advanced level a suitable sentence starter might be:

“Selon un article q…

Google Translate beaters

Google Translate is a really useful tool, but some teachers say that they have stopped setting written work to be done at home because students are cheating by using it. On a number of occasions I have seen teachers asking what tasks can be set which make the use of Google Translate hard or impossible. Having given this some thought I have come up with one possible Google Translate-beating task type. It's a two way gapped translation exercise where students have to complete gaps in two parallel texts, one in French, one in English. There are no complete sentences which can be copied and pasted into Google.

This is what one looks like. Remember to hand out both texts at the same time.


English 

_____. My name is David. _ __ 15 years old and I live in Ripon, a _____ ____ in the north of _______, near York. I have two _______ and one brother. My brother __ ______ David and my _______ are called Erika and Claire. We live in a _____ house in the centre of ____. In ___ house _____ …

Preparing for GCSE speaking: building a repertoire

As your Y11 classes start their final year of GCSE, one potential danger of moving from Controlled Assessment to terminal assessment of speaking is to believe that in this new regime there will be little place for the rote learning or memorisation of language. While it is true that the amount of learning by heart is likely to go down and that greater use of unrehearsed (spontaneous) should be encouraged, there are undoubtedly some good techniques to help your pupils perform well on the day.

I clearly recall, when I marked speaking tests for AQA 15-20 years ago, that schools whose candidates performed the best were often those who had prepared their students with ready-made short paragraphs of language. Candidates who didn't sound particularly like "natural linguists" (e.g. displaying poor accents) nevertheless got high marks. As far as an examiner is concerned is doesn't matter if every single candidate says that last weekend they went to the cinema, saw a James Bond…

Worried about the new GCSEs?

Twitter and MFL Facebook groups are replete with posts expressing concerns about the new GCSEs and, in particular, the difficulty of the exam, grades and tiers. I can only comment from a distance since I am no longer in the classroom, but I have been through a number of sea changes in assessment over the years so may have something useful to say.

Firstly, as far as general difficulty of papers is concerned, I think it’s fair to say that the new assessment is harder (not necessarily in terms of grades though). This is particularly evident in the writing tasks and speaking test. Although it will still be possible to work in some memorised material in these parts of the exam, there is no doubt that weaker candidates will have more problems coping with the greater requirement for unrehearsed language. Past experience working with average to very able students tells me some, even those with reasonable attainment, will flounder on the written questions in the heat of the moment. Others will…

GCSE and IGCSE revision links 2018

It's coming up to that time of year again. In England and Wales. Here is a handy list of some good interactive revision links for this level. These links are also good for intermediate exams in Scotland, Ireland and other English-speaking countries. You could copy and paste this to print off for students.

Don't forget the GCSE revision material on frenchteacher.net of course! How could you?

As far as apps for students are concerned, I would suggest the Cramit one, Memrise and Learn French which is pretty good for vocabulary. For Android devices try the Learn French Vocabulary Free. For listening, you could suggest Coffee Break French from Radio Lingua Network (iTunes podcasts).

Listening
http://www.bbc.co.uk/schools/gcsebitesize/french/ (Foundation/Higher) http://www.bbc.co.uk/languages/french/ (Foundation/Higher)
http://www.audio-lingua.eu/spip.php?rubrique1&lang=fr (Foundation/Higher) http://www.ashcombe.surrey.sch.uk/07-langcoll/MFL-resources/french/fr-video-index.shtml